Communiqué des parents de Samuel et Jean-Salvy

Publié le par soutiensametjeansalvy

Communiqué reçu dimanche 18 octobre à 17h00

Les parents de Samuel Bastard et Jean-Salvy Compte, qui se sentent en la circonstance parents de coeur de Patrick Dubreaucq, expriment des remerciements très chaleureux à toutes les personnes présentes à la marche silencieuse qui s'est déroulée à Poitiers, le 17 octobre, entre la place Alphonse Lepetit et le parc de Blossac.

Ils remercient également toutes celles et ceux  qui leur ont adressé des messages, des témoignages et des preuves de sympathie.
 
Ils sont particulièrement reconnaissants envers les amis de leurs fils, regroupés au sein du comité de soutien qui a organisé le rassemblement et la marche. Tous sont étudiants ou jeunes travailleurs et font preuve d'un sens des responsabilités et d'un esprit d'initiative qui honorent leur engagement.Tous expriment leurs convictions avec intelligence, sang-froid et émotion.
 
Ils saluent la présence des représentants des associations,  des organisations non gouvernementales, des syndicats, des partis politiques, et d'une élue de la Nation qui ont accepté de soutenir et d'accompagner la marche, sans affichage de slogan ou de mot d'ordre, autre que celui qu'avaient choisi les amis de leurs fils et de Patrick : "Liberté pour eux, Justice pour tous."
 
Ils regrettent qu'après la fin de ce rassemblement pacifique et non-violent, au moment de la dispersion, un échange de paroles ait conduit à l'interpellation brutale d'un des participants, puis de deux autres ensuite, tous relâchés depuis.
 
Ils font confiance aux institutions de la République.

IIs appellent chacun à la mesure, à la tolérance, au respect de la personne et de l'opinion d'autrui.
 
Ils rappellent que Samuel, Jean-Salvy et Patrick, arrêtés après la manifestation du 10 octobre dernier, ont été jugés en comparution immédiate et condamnés  à 6 mois d'emprisonnement dont un ferme pour Samuel et Jean-Salvy ; à 8 mois d'emprisonnement dont 4 ferme pour Patrick, pour des faits que tous les 3 ont nié avoir commis, et qui ont conduit à leur incarcération immédiate au centre de détention de Vivonne.
 
Les parents de Samuel et Jean-Salvy redisent que leurs fils sont innocents.

Publié dans Rassemblements

Commenter cet article

mélanie 03/11/2009 21:55


Mme la justice a un bandeau
sur les yeux "elle juge, elle dit" elle est semblable aux dieux, Thémis pourtant, ont se meurt de tes jugements! sans vergogne, tu enfermes des innocents , sans compassion, sans preuve , tu les
condamnes!....vies
brisées, cassées à l'enfer tu les damnes ! voués à aux Gémonies, au Tartare à jamais ils sont des innocents mort pour l'éternité!
Pilates, facile de se laver les mains,
sacrifiant l'innocent qui de justice a faim....


Philippe 20/10/2009 21:12


Magnifique leçon de la part de la jeunesse poitevine ! J'ai 52 ans et je suis très fier d'être à vos côtés. Samuel, Jean-Salvy, Patrick sont des victimes ; ils paient pour les autres et pour ce
sacrifice il faut que l'on en fasse des symboles de l'injustice, des héros ! L'union fait la force mais les minorités ne sont pas considérées. Soyons nombreux autour de nos héros !!

'Un coupable puni est un exemple pour la canaille; un innocent condamné est l'affaire de tous les honnêtes gens.' (Jean De La Bruyère)


L U C 19/10/2009 10:43


J'enrage d'être à Nice, si loin de Poitiers, avec si peu de moyens. Je voudrais voler au secours de ces victimes. Car Samuel et Jean-Salvy sont victimes d'un procédé honteux d'intimidation.
Je ne crois pas qu'il s'agisse de maladresse ou d'erreur, mais bien d'une manipulation médiatique de plus, dont ces deux étudiants font les frais.
J'espère que cette affaire ne sera pas " enterrée ", et qu'une action, nationale cette fois, me permettra de sortir dans les rues de Nice, afin de dire mon indignation et mon entier soutien à
Samuel, Jean-Salvy et leur proches.


Hay 18/10/2009 23:24


Il y a une erreur il me semble, concernant Patrick, c'est quatre mois fermes, quatre mois avec sursis et 800 € d'amende pour violence sur commissaire.


Jean-Louis Durand 18/10/2009 23:18


On ne commente pas une décision de justice.

En revanche, les décisions d'injustice méritent notre parole révoltée .

Je soutiens donc de tout cœur le mouvement de solidarité avec Samuel et Jean-Salvy. Le fil blanc est bien visible. Soyons nombreux avec eux. Courage, nous ne vous oublions pas.
à Lusignan le 18 octobre 2009