"La Mobilisation continue !' : Appel au Rassemblement du Samedi 24 octobre

Publié le par soutiensametjeansalvy

Jean-Salvy, Samuel, Patrick, ...
 
LA MOBILISATION CONTINUE !

Après le rassemblement pacifique qui a réuni 1000 personnes samedi 17 octobre,
Après la manifestation solidaire organisée le lundi 19 par le Collectif anti-répression de Poitiers,
Le mouvement doit absolument se poursuivre et s'amplifier :
- pour la libération de Jean-Salvy et Samuel 
- pour la révision de toutes les condamnations qui font suite aux évènements graves du 10 octobre.


Avec eux, jeudi matin

Jeudi matin, à 9h, Samuel, Jean-Salvy et Patrick seront présentés devant la Cour d'appel de Poitiers qui examinera la demande de mise en liberté présentée par leurs avocats.
Si leur demande de mise en liberté est rejetée, ils pourraient rester incarcérés jusqu’au procès en appel (dont nous ne connaissons pas encore la date).
Jeudi matin, nos amis doivent savoir que nous sommes avec eux, solidaires et nombreux.
 

En une semaine, ce sont plus de 2000 signataires qui ont rejoint notre appel sur internet (http://5237.lapetition.be/)
Notre blog de soutien compte désormais plus de 10 000 visites. (
http://soutiensametjeansalvy.over-blog.org)
Nous recevons chaque jour des dizaines de messages de soutien, qui nous encouragent à ne pas baisser les bras.

Du bruit pour la Justice
Cet élan de solidarité autour d'une telle injustice doit continuer à résonner dans tout le pays...
Nous aimerions former une grande chaîne humaine autour du Palais de Justice, emmenés par des musiciens, avant d'avancer jusqu'à la Place de la Liberté.
Il faut que notre désir de Justice soit entendu !
C'est pourquoi, après le rassemblement silencieux de samedi dernier, nous appelons à un nouveau rassemblement pacifique et musical :

Samedi 24 octobre,
à 14h00,
devant le Palais de Justice


Quelle que soit l'issue de la demande de mise en liberté de jeudi, nous devrons rester mobilisés, et informer toujours davantage, jusqu’à l'ouverture du procès en appel.
Il nous faudra également veiller au sort des autres inculpés.
Au delà, nous devrons continuer à informer, à encourager un engagement citoyen et une vigilance de chacun si de telles injustices venaient à se multiplier dans le pays.
Nous considérons que la situation est très grave. Nous encourageons chacun à relayer l'information et à mobiliser toujours davantage.

Pour Jean-Salvy, pour Samuel, pour les autres inculpés,
Pour tous les citoyens qui croient encore en la justice de notre pays,
Restons mobilisés ! Le mouvement continue !


Mercredi 21 octobre 2009,
Le Comité de soutien.
soutiensametjeansalvy@gmail.com

Publié dans Rassemblements

Commenter cet article

Gregoire 23/10/2009 15:04


Bravo pour la remise en liberte des 2 prevenus par la cour d'appel dans l'attente de leur proces a la cour d'appel.

Des que la decision de relaxe a venir est definitive (dans les 10 jours du prononce), n'oubliez pas de demander l'indemnisation du prejudice lie a la detention provisoire de 15 jours dans les 6
mois de la relaxe (articles 149 a 150 du code de procedure penale).

Pour l'audience a venir, faites un appel a temoin des personne qui peuvent temoigner qu'ils ne sont pas livres a des degradations. Faites citer par huissier de justice (c'est la loi) ces
temoins
afin que l'avocat de la defense puisse les interroger montrant aux juges que les 2 prevenus sont innocents.

Apporter les videos, photos des prevenus prouvant leur non violence. Dans un affaire similaire (M. Clement Omnimus a Paris), le procureur avait finalement demande la relaxe!!

Demander que toute les declarations de garde a vue soient ecarte du dossier (jurisprudence CEDH Salduz c. Turquie et suivantse).

Bon courage!


solange 22/10/2009 19:53


je ne pourrai pas être présente le 24 mais soutiens Jean-Salvy, Samuel et tous les autres et tous ceux qui seront présents au rassemblement. Je suis soufflée par le nombre de signatures sur la
pétition ... 108 pages et plus de 3000 signatures, j'espère qu'elles porteront leurs fruits. Courage à tous.
France, j’ai mal à ta justice …
où sont les bons où sont les autres
où sont les justes les bons apôtres
France tout glisse
même le droit le bon
même la loi la raison
Justice
ne fais pas de moi un condamné
d’office
plus rien ne va
on frappe à tour de bras
aveuglément
l’exemple le bon
c’est de toi qu’il viendra
et là, Justice, tu te fourvoies
assurément.


Fred 21/10/2009 22:32


L'émission "Ligne Jaune" du site arretsurimages.net a invité le père de Jean-Salvy pour une interview de 20-25 minutes dans le cadre d'une émission sur les nouveaux fichiers de police.
L'accès est payant pour le moment mais il peut basculer en accès public selon les votes des abonnés. Je le signalerai si cela était le cas.
Poursuivons la mobilisation !

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2436


Georgiana Compte 21/10/2009 20:46


le Monde vient de publié une lettre d'"Autonomes" qui revendiquent les violences du 10/10 :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/10/21/apres-les-incidents-de-poitiers-des-autonomes-revendiquent-leur-action_1256963_3224.html#ens_id=1252483


Le Fabricauteur 21/10/2009 20:24


Où l'on voit que la Justice, les règles, les procédures, les garantiues, les recours, ne peuvent fonctionner (et encore) que si un soutien massif existe autour des détenus, des prévenus! La
situation actuelle des embastillés/condamnés illustre parfaitement que la Justice, sur le fond et sur la forme est affaire de circonstances, de pressions, de rapports de force, contrairerment à ce
qu'elle prétend elle-même sur sa nature. On le voit aussi dans les conflits du travail, devant les prud'hommes ou les tribunaux administratifs. La situation concrète à Poitiers est une parfaite
leçon de chose sur les questions de la mythologie de l'indépendance de la Justice dans un système social. Elle est par nature compromis historique, conjoncturellement liée aux forces en présence.
raison de plus pour soutenir ces jeunes et moins jeunes qui subissent là une espèce de lettre de cachet exigées par les princes et réalisées par des tribunaux pressés, très pressés, trop sans doute
pour acquérir une respectabilité de la chose jugée. N'oublions jamais que la légalité et la légitimité ne sont pas toujours superposables et que prétendre le contraire fait le lit des démagogues et
des drames sociaux. Protégeons notre société contre les fauteurs de désordre : c'est à dire des instances qui ne régulent plus ce qui devrait l'être mais qui abusent la croyance des citoyens, qui
dévalorisent tout, salissent tout, galvaudent les mots, le sens et les valeurs démocratiques. Certains cassent les pôubelles, d'autres la confiance des citoyens envers les institutions peu ou prou
validées par le sens commun. Où sont les vrais dangers ? Entre les mots sans doute, gaffe !